Cubilots et cubilotiers
Nombreux sont les métiers et spécialisations nécessaires au fonctionnement d'une fonderie. Tous ne sont pas ici cités. Mais, parmi ces professionnels, ceux faisant fonctionner le cubilot, coeur et poumon de la fonderie portent probablement le nom de "cubilotier". Car c'est du "cubilot" trônant à l'entrée de la fonderie que tout commence, se déroule et se termine. Une lourde énorme et extraordinaire machine, rébarbative d'apparence et aussi dangereuse que difficile à apprivoiser. Se trouver à proximité lorsqu'elle dort ne suscite pas nécessairement l'inquiétude. Mais lorsque qu'elle se réveille, tel Minotaure, elle devient terriblement dévorante. Il faut donc plusieurs Thésée et un dédale de procédures pour dompter le monstre replié dans son labyrinthe. Et ce sans la moindre erreur, au risque de... Ci-dessous quelques images ou croquis du monstre au repos puis à son réveil. Enfin, en pleine activité dévorante, non pas de chair humaine comme dans la mythologie grecque, mais de fortes quantités de fontes et autres métaux de même nature qui, après un séjour en enfer et une savante alchimie, sortiront en coulées de la fournaise pour être aussitôt versées dans des moules en sable spécialement compacté et de formes diverses. Les trois croquis et photos ci-dessous ne donnent pas encore une idée précise de ce qui sortira du ventre de ce monstre de plusieurs mètres de hauteur.Mais ce qui suit donne une idée de ce travail de Titan pratiqué dans une fonderie de fonte. Car la "coulée" devient plus explicite lorsqu'on se trouve à proximité de l'antre du monstre en plein réveil fusionnant.

1) Système de dépoussiérage : sur les premiers cubilots, les fumées s'échappaient à l'air libre, puis un système de rideau d'eau piégeait les particules et les suies et enfin un système de dépoussiérage avec récupération des fumées et des calories. (2) Cheminée : en tôle, elle montait assez haut avant l'installation des systèmes de dépoussiérage. (3) Gueulard, partie par où est chargé le minerai et le coke + castine. (4) Chargement : il se fait par wagonnets pour les petits cubilots et par bennes pour les grosses installations. (5) Arrosage : système d'arrosage de toute la partie extérieure du cubilot. L'eau coule le long de la colonne pour la refroidir et l'empêcher de fondre sous l'effet de la chaleur interne, surtout en cas de dégradation du revêtement réfractaire. (6) Garnissage (6) de brique de terre compressée à base de matériau réfractaire et assemblée au pisé. (7) Colonne du cubilot en épaisse tôle au tungstène. (8) Charges métallique composées de ferraille, en général des rebuts à base de fer. (9) Charges coke + castine. (10) Boîte à vent, alimente les tuyères en air. (11) Regard de surveillance, pour le contrôle de la fusion. (12) Tuyères, injectent l'air pour activer la combustion du coke. (13) Laitier, dépôt de crasse qui se forme au-dessus du bain de fonte liquide. (14) Trou de coulée : débouché au moment de la coulée de la fonte dans le four de maintien. (15) Chenal de coulée, placé au-dessus du four de maintien. (16) Sole, partie réfractaire inférieure du cubilot. (17) Trou de décrassage, évacuation du laitier avant prélèvement de la fonte. (18) Creuset rempli de fonte et de coke incandescent. (19) Porte d'allumage. (20) Goulotte de récupération des eaux de refroidissement. (21) Bac à crasse, récupération du laitier et des crasses. (22) Portes de défournement, pour le nettoyage du cubilot refroidi, avant réfection du garnissage réfractaire. Dépoussiérage.